• Stéphane Boistard

Lettre Octobre


Les amis,


Voici la lettre intimiste. Elle arrive en fin de nuit. Dans une roulotte, posée dans la nature, où je passe quelques jours à accompagner ce travail spirituel de Diètes de Forêts, ces retraites en forêt que Marie a mises en place.

Je crois qu’après avoir résisté un long moment, certaines résistances lâchent en moi. C’est un tout.


Des changements que l’automne apporte. Maintenant. Il est tôt le matin, et j’observe ces changements.


Malgré de nombreuses sollicitations, je pense donner un dernier enseignement de gemmothérapie en cette fin octobre, puis ne pas poursuivre sur ce thème. Si la gemmothérapie est abordée, elle fera partie de cet enseignement spirituel de la Nature. Où je ne fais qu’accompagner. Car c’est ainsi que je le vis.


La gemmothérapie est souvent abordée comme une méthode. Une liste de bienfaits qui se met en résonance avec une liste de pathologies et de symptômes. Il est vrai que la gemmothérapie est formidable pour aider sur le plan physique, sur le plan psychique (pensées, émotions), sur le plan énergétique (selon les macérats), etc.


Cependant, je crois que nous faisons fausse route concernant l’approche des maladies. La grande maladie semble être l’oubli. L’oubli de la connexion au vivant. Et dans cet oubli il y a un gouffre qui se crée, où l’amour, la lumière, la vie… semblent aller se perdre.


L’oubli, c’est cet oubli de ces ailes qui nous permettent d’aller explorer ce gouffre. D’en faire jaillir la vie. L’amour. La lumière. Sortir de nos limitations. Laisser jaillir l’ange en nous. Cette qualité qui est là quand nous faisons un pas de retrait. Car l’ange est si léger qu’il n’apparait que si la densité de notre regard s’allège. Quand nos pensées elles aussi s’allègent. Quand à force de regarder la terre nous y percevons la lumière.


C’est un chemin spirituel. Laisser la place à la lumière. A la vie. A l’amour. Les laisser émerger.

Nous savons explorer le monde matériel. Celui qui a une cartographie connue. C’est un monde rempli de vie et de mort. De santé et de maladie. De joies et de tristesses. De sensorialité. D’idées et de concepts.


Il y a un autre monde. Parallèle. Sans cartes. Sans cartographies. Une autre Terre. Sans tristesses. Sans maladie. Sans mort.


Cette Terre est cachée. Invisible. Nous pouvons l’atteindre, l’explorer, et même la cartographier. Mais ces cartes sont illisibles.


Il y a un monde parallèle. Qui n’exclut pas la maladie ou la mort. Mais ce monde parallèle vit derrière les apparences du monde connu et matériel. C’est un monde spirituel. Nous avons ce cadeau d’une existence, d’une personnalité, pour explorer ce monde. Nous avons un temps limité pour rencontrer la lumière. Puis nous quittons ce corps, cette existence, cette histoire, et nous allons en terre inconnue. Nous nous allégeons de ce qui est trop dense pour aller en ces mondes parallèles. Y retourner.


Nous pouvons attendre la fin de cette existence pour y retourner, ou le faire dès à présent.


Revenir à l’amour. A la lumière. Et le partager à cette humanité et cette Terre. C’est le plus beau cadeau que nous puissions offrir à cette merveilleuse planète : de la lumière et de l’amour.


Alors je choisis de consacrer ce temps et cette énergie qui me sont offertes pour explorer ces mondes spirituels. Pour en ramener des échantillons, à travers l’écriture. Pour inviter chacun à faire l’expérience, à partager. Pour encourager chacun à devenir explorateur ou cartographe. Pour aller s’aventurer dans ces espaces qui s’ouvrent quand nous changeons le regard sur la matière. Explorer l’invisible. Jusqu’à le rendre visible. Palpable. Vibrant et vivant.


Il y a une autre Terre.

 Il y a une autre Vie.

Il y a un autre Amour.


Un au-delà. Au-delà des sens. Au-delà de ce que notre mental peut décrire ou conceptualiser.

Seule l’expérience le peut.


Je peux vous décrire un arbre de ce monde-là. Je peux vous en donner tous les qualificatifs possibles. Mais si vous restez attachés à sa forme, à ce que vous en connaissez, vous ne pouvez pas le rencontrer. Car il ne s’agit pas de nier la forme ou le connu. Il s’agit de le traverser. De percevoir au-delà. Seule l’expérience permet de le percevoir.


En temps que guide, je peux vous accompagner un peu. Quelques pas. Vous accompagner à la rencontre de l’ange que vous êtes. Cet être qui a les capacités d’explorer ces espaces. Je ne peux explorer avec vous. Car quand l’ange prend sa place, il n’est plus de conseils possibles. Plus d’accompagnement. Ce qui est clair apparaît clairement. Le regard devient lumineux.


C’est une merveilleuse aventure. Elle se vit actuellement. De plus en plus d’anges émergent. La Terre s’ouvre. Elle ouvre ses autres mondes. Ses autres dimensions. C’est la seule véritable aventure que nous puissions faire. Car elle est à la fois individuelle, et elle apporte une influence collective considérable. Lumineuse. Aimante. Vivante.


Elle influe aussi sur notre vie dans la matière. A un niveau individuel et collectif.

C’est une façon de prendre soin de la terre et de l’humanité. Nous n’avons pas tous à le faire. C’est un engagement. Un appel intérieur que certains entendent. Un appel de la vie. De la Terre aussi. Il y a actuellement de plus en plus d’êtres qui vivent cet appel. Cela est aidé par de nombreuses forces lumineuses, tout comme il y a de nombreuses forces qui œuvrent pour générer de la résistance. La Terre se sépare. Car certains êtres sont incapables de vivre ce changement profond. Incapables d’accueillir cette nouvelle Terre durant cette existence. Ce n’est pas un problème. Chaque existence est limitée, cela permet à un moment ou à un autre de cesser de résister. Vous pouvez vous cramponner au plus gros bloc de béton, vous pouvez même vous y enchaîner, pour éviter tout mouvement, tout changement, il arrive un moment où vous lâchez tout. C’est ainsi. Toute résistance est vaine. Nous n’avons que le choix de la lumière. Ici. Maintenant. Ou dans un autre ici. Dans un autre maintenant.


A quoi sert d’allumer la lumière dans la maison obscure quand il s’agit simplement d’ouvrir les volets et de laisser entrer la lumière ?


La Terre change. L’humanité change. Il y a une tribu qui est en marche. Qui se reconnait. Qui s’accueille les uns les autres. Une tribu d’êtres en marche. D’êtres déjà en chemin vers cette nouvelle Terre. Une tribu entre ces deux Terres. Des ponts. Des passeurs. Des possibilités. Les arbres ont déjà cette qualité. Ils vivent dans différentes dimensions de la Terre. De plus en plus d’êtres sont concernés.


L’exploration de ces mondes ne me permet plus d’enseigner la gemmothérapie, car je connais de moins en moins ce sujet.


Lorsque j’utilise le mot explorateur, il me vient souvent cette image de cet explorateur dans la série télévisée de mon enfance : « Fraggle Rock ». Qui part explorer le monde des humains et écrit à sa communauté des fragments de son voyage.

Il y a un peu de ça dans cette lettre.


Je sais qu’en vous écrivant, j’écris à ma communauté. Si vous lisez ces lignes, si vous trouvez un écho à ces textes, c’est que vous êtes dans ce processus d’exploration, de découvertes (ou d’appel).


Puissent ces écrits et toute guidance aidante vous soutenir et vous encourager. Il y a dans cette voie, de la vie, de l’amour et de la lumière. Que cela vous imprègne et se déploie dans le monde.


Stéphane

Ecole Spirituelle de la Nature et des Plantes.


photo : Image parBruno Glätsch de Pixabay

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now